Histoire de Saint Martin / Sint Maarten

L’histoire de Saint Martin / Sint Maarten partage de nombreuses similitudes avec d’autres îles des Caraïbes.
Ses premiers habitants furent amérindiens, suivis par les Européens qui apportaient l’esclavage pour exploiter les intérêts commerciaux.

Histoire des premiers jours

 

Les reliques anciennes remontent aux premiers colons de l’île, probablement les Indiens Ciboney (un sous-groupe des Arawaks), il y a 3500 ans.

Puis un autre groupe d’Arawaks a émigré du bassin de l’Orénoque en Amérique du Sud vers l’an 800. En raison des marais salants de Saint Martin, ils l’appelaient «Soualiga» ou «Terre de sel». Principalement des agriculteurs et des pêcheurs, les Arawaks vivaient dans des villages de paille avec des maisons avec des toits assez forts pour résister aux ouragans.

Leur civilisation valorise les activités artistiques et spirituelles. Leur vie, cependant, a été perturbée par la descente des Indiens des Caraïbes de la même région d’origine. En tant que nation guerrière, au cours de l’histoire, les Caraïbes ont tué des arawak et des femmes réduites en esclavage.

Lorsque les Européens ont commencé à explorer les Caraïbes, l’histoire avait presque complètement remplacé les Arawaks.

Saint Martin - Sint Maarten - Histoire

Histoire de l’ère coloniale

Saint Martin - Sint Maarten - Histoire

En 1493, lors de son deuxième voyage aux Antilles, Christophe Colomb l’a nommé Isla de San Martín en l’honneur de Saint-Martin de Tours, parce que c’était la première fois le 11 novembre, jour du festival de Saint-Martin.

Cependant, bien qu’il l’ait revendiqué comme territoire espagnol, Christophe Colomb n’a jamais pris possession de l’île et l’Espagne a fait de la colonisation de l’île une priorité mineure. Les Français et les Hollandais, de leur côté, convoitaient l’île. Alors que les Français voulaient coloniser les îles entre Trinidad et les Bermudes, les Hollandais ont constaté que Saint Martin était à mi-chemin entre leurs colonies de New Amsterdam (aujourd’hui New York) et le Brésil.

Avec peu de gens vivant sur l’île, les Hollandais y fondèrent facilement une colonie en 1631, érigeant le fort Amsterdam comme protection contre les envahisseurs. Jan Claeszen Van Campen est devenu son premier gouverneur de l’histoire, et peu de temps après, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales a commencé ses activités d’extraction de sel.

Français colonies britanniques ont également émergé sur l’île. Prenant note de ces colonies prospères et désireux de maintenir leur contrôle sur le commerce du sel, les Espagnols trouvaient maintenant Saint Martin beaucoup plus attrayant.

C’était la guerre de 80 ans entre l’Espagne et les Pays-Bas.

Saint Martin - Sint Maarten - Histoire

Les forces espagnoles ont capturé Saint Martin des Hollandais en 1633, saisissant le contrôle et conduisant la plupart ou la plupart des colons hors de l’île. À Point Blanche, ils construisirent le vieux fort d’Espagne pour sécuriser le territoire. Bien que les Hollandais aient riposté dans plusieurs tentatives pour reconquérir Saint-Martin, ils ont échoué.

Quinze ans après la conquête de l’île par les Espagnols, la guerre de Quatre-vingts ans prit fin. Comme ils n’avaient plus besoin d’une base dans les Caraïbes et saint Martin à peine tourné un profit, les Espagnols ont perdu leur inclination à continuer à la défendre.

En 1648, ils désertent l’île. Avec Saint-Martin à nouveau libre, les Hollandais et les Français ont sauté sur l’occasion de rétablir leurs colonies. Les colons hollandais venaient de Saint-Eustache, tandis que les Français venaient de Saint-Kitts.

Après un conflit initial, les deux parties se sont rendu compte que ni l’une ni l’autre ne céderait facilement. Préférant éviter une guerre totale, ils signa le traité de Concordia en 1648, qui divisa l’île en deux.

L’histoire du Traité de Concordia, signés par les deux pays, ont convenu qu’en vertu de cet accord, les colons Français et néerlandais coexisteraient de manière coopérative, selon huit critères de respect.

Histoire de la légende…

 

Au cours de l’histoire, une légende a grandi autour de la division de l’île. Selon cette légende, afin de décider de leurs frontières territoriales, les deux parties ont organisé un concours. Tout a commencé avec un Français buvant du vin et un Hollandais buvant du jenever (gin hollandais).

Une fois les deux suffisamment imbibés, ils embarquent d’Oyster Pond sur la côte est de l’île. Le Français se dirigea le long de la côte vers le nord, tandis que le Hollandais suivait la côte sud; où que les deux groupes se rencontraient, c’est là qu’ils traceraient la ligne de démarcation d’Oyster Pond.

Mais comme le Néerlandais a rencontré une femme et s’est arrêté pour dormir sur les effets du gin, le Français a été en mesure de couvrir plus de distance, mais apparemment aussi triché comme il a coupé à travers la partie nord-est de l’île, et a donc fini avec plus de terres, mais c’est l’histoire.

Bien que souvent répétée, l’histoire a déterminé que l’histoire n’est pas exacte. Au cours de la négociation du traité, les Français avaient une flotte de navires de guerre au large des côtes, qu’ils utilisaient comme une menace pour négocier plus de terres pour eux-mêmes. Malgré le traité, les relations entre les deux parties n’ont pas toujours été cordiales.

Entre 1648 et 1816, les conflits changent la frontière seize fois. En fin de compte, le Français est arrivé en tête avec 21 miles carrés (54 km2) pour les 16 miles carrés (41 km2) du côté néerlandais.

Histoire de Saint Martin / Sint Maarten au XXe siècle


Le déclin économique force de nombreux Saint-Martiners, à la fois Français néerlandais à s’exiler. Au cours de l’histoire, beaucoup ont émigré vers les îles d’Aruba et de Curaçao, attirées par les raffineries de pétrole établies par la compagnie pétrolière anglo-néerlandaise Shell dans les années 1920. D’autres ont émigré en République dominicaine, aux Îles Vierges américaines et aux États-Unis. Spécialiste de l’histoire croient qu’entre 1920 et 1929 la population de l’île a chuté de 18 pour cent.

Saint Martin – 1939

La France et les Pays-Bas ont supprimé les droits de douane et les taxes indirectes entre les deux zones (néerlandais et Français), ce qui a permis un développement sans entrave des relations commerciales et économiques entre les deux parties de l’île. À cette époque, l’administration Français n’avait pas grand-chose à voir avec Saint Martin, si ce n’est pour sauver quelques soldats pendant les deux guerres mondiales. C’est la Seconde Guerre mondiale qui a sorti Saint Martin de l’isolement et l’a mis sous les feux des projecteurs.

 

Sous le régime de Vichy (1940-1944), un blocus est imposé aux forces alliées. Pendant et après la guerre, les échanges commerciaux avec les États-Unis se sont intensifiés. Les États-Unis sont devenus le seul fournisseur de l’île. Ce fut une période lucrative pour de nombreux commerçants, qui ont fait leur argent en vendant des cigarettes, des tissus et des marchandises en Guadeloupe et en Martinique. C’est à cette époque qu’un climat d’auto-administration et d’autogestion a commencé à se développer, ce qui a donné lieu à un mélange de coutumes locales, de vides juridiques et de pratiques étrangères.

 

Saint Martin – 1943

Le site de l’actuel aéroport international Princess Juliana (côté néerlandais) est devenu une base aérienne stratégique américaine et une arme clé dans son arsenal contre les sous-marins allemands. Ainsi, la guerre a contribué à américaniser et à angliciser la population de Saint Martin/Sint Maarten, et l’anglais est devenu la langue de travail à travers l’île, en concurrence avec les Français dans le nord et le néerlandais dans le sud.

 

Saint Martin – 1946

Français Saint Martin a été inclus par la loi dans le département de la Guadeloupe. Les deux communes de Français Saint-Martin et Saint-Barth ont formé un « arrondissement ».

 

Saint Martin – 1963

Français Saint-Martin devient une « sous-préfecture ». Ce n’est qu’à ce jour que les premières banques ont été mises en place sur l’île et que les habitants pouvaient se raccorder au réseau électrique.

 

Saint Martin – 1965

L’industrie touristique en plein essor sur Saint Martin bénéficie de l’intérêt frais des Américains attirés par le soleil, qui voient l’île comme l’escapade parfaite. Entre 1950 et 1970, les hôtels commencent à surgir du côté néerlandais.

 

Saint Martin – 1972

L’aéroport de Grand Case ouvre Français côté.

 

Saint Martin – 1980

L’économie touristique bat son plein. Le dollar gagne beaucoup de valeur et seulement quatre heures séparent Saint Martin des Etats-Unis: deux atouts majeurs qui conduisent les acteurs économiques et politiques de l’île à réaliser qu’ils peuvent développer une expérience touristique de luxe sur l’île amie. Simultanément, les lois successives d’exonération fiscale conduisent à un boom immobilier Français côté.

 

A l’époque, Saint Martin propose environ 7000 chambres dans ses hôtels, ce qui en fait l’une des destinations les plus prisées des Caraïbes. L’île de Saint Martin devient un berceau du tourisme où le soleil et les eaux chaudes, les fêtes et les événements variés, les boutiques de luxe hors taxes et les délices culinaires se mêlent à la vie quotidienne. Cependant, le boom a été brutalement interrompu en septembre 1995 par le passage de l’ouragan Luis.

 

Saint Martin – 1995

L’ouragan Luis, le 5 septembre 1995, a anéanti toute l’île en pleine croissance économique. Environ douze personnes sont mortes, des centaines ont été blessées et des milliers ont perdu leur maison.

 

Mis à part le drame humain, toute la force de Luis a laissé un désert dans son sillage, bordé de tas de perchoirs, bateaux, arbres et autres détritus. La plupart des hôtels et des installations d’hébergement touristique ont été détruits et ont dû fermer boutique, laissant des centaines de sans emploi 1995 restera toujours une année importante dans l’histoire de l’île: pour chaque habitant il y aura toujours «pré-Luis» et «post-Luis».

 

Saint Martin – Nouveau Siècle

Depuis 1995, les parties prenantes locales ont intensifié leurs efforts pour redonner à l’île sa gloire d’antan. Et, malgré un contexte économique mondial moins favorable et une série d’événements qui ont entravé le développement de l’économie touristique de l’île (Ouragans Lenny et Georges en 1999, les attentats du 11 septembre 2001 et la guerre en Irak, l’«île amie » reste l’une des destinations les plus convoitées, sans précédent dans les Caraïbes, où le charme local, mélangé avec un mode de vie traditionnel et l’un des accueils les plus chaleureux de la planète, attire des milliers de touristes de partout dans le monde.

 

Saint Martin – 2017

L’histoire se répète. L’ouragan Irma a frappé l’île le 6 septembre avec une violence incroyable et des vents de jusqu’à 420 km/h. La télévision offre aux téléspectateurs des images de chaos qui rappellent les bombardements. C’est une île dévastée, détruite à 95% par des paysages de maisons détruites, des voitures intégrées et des réseaux de communication complètement détruits.

 

L’aéroport Princess Juliana du côté néerlandais est gravement endommagé et impraticable pour la livraison d’une aide humanitaire utile. Seul l’aéroport de Grand Case Français côté français reprend ses activités au bout de quelques jours.

 

Les habitants de Sint Maarten doivent à nouveau reconstruire leur île. La France et les Pays-Bas vont envoyer des troupes pour aider à la fois la Collectivité de Saint-Martin et le gouvernement de Sint Maarten. Mais comme d’habitude, Saint-Martin brillera à nouveau.

 

Saint Martin – Aujourd’hui

Depuis 2017, Sint Maarten se reconstruit lentement. L’île est confrontée à divers problèmes, comme le remboursement des assurances, ou l’acheminement des matériaux et surtout l’ampleur de la reconstruction due au montant des dégâts. L’île qui vivait au rythme de son activité touristique la voit en veille en faveur d’une économie liée à la reconstruction.
Il faudra de longs mois à Sint Maarten pour avoir une activité touristique similaire à celle d’avant Irma, l’histoire racontera…

L’histoire prouve que nous sommes «SXM STRONG!»

Saint Martin - Sint Maarten - Sponsor

Saint Martin - Sint Maarten - Sponsor

Saint Martin - Sint Maarten - Sponsor